J’ai séché en vitrine

Kim Kardasian

En voyage à New York la semaine dernière, j’ai vite compris que la manucure est un « must do », un soin indispensable à toute femme dans cette ville. Et étant donné que j’adore m’approprier des us et costumes des endroits que je visite, j’ai décidé que moi aussi j’allais sécher en vitrine.

La première chose à faire est celle de repérer votre onglerie favorie. Car ici pas la peine de prendre rendez-vous, il ne suffit que de pousser la porte d’un des nombreux « nail salons » du quartier où l’on loge. Cela dit, le choix s’avère difficile car il existe au moins une centaine d’ongleries rien qu’à Soho !

Dans le royaume de la consommation de masse, ces salons de beauté n’ont rien des spas intimes. Il s’agit plutôt de grandes salles dans lesquelles s’alignent les tables des « mani » et les fauteuils de « pédi ». Pour 10 dollars, on peut s’offrir une manucure et pour 20, on peut y ajouter une pédicure, le tout en une demi-heure. Car à New York, il n’y pas de minute à perdre. Ces salons sont gérés le plus souvent par des Coréennes qui parlent entre elles dans leur langue maternelle et qui vous font de grands sourires. La sensation de dépaysement est grande, l’impression qu’elles se foutent de votre gueule aussi.

Après avoir franchi la porte, je suis assaillie par une esthéticienne, qui m’indique d’un accent asiatique « pick up color ! pick up color ! ». Au bout de quelques secondes, je finis par comprendre qu’elle veut que je choisisse une couleur. Choix cornélien, car sur la devanture s’expose au moins une centaine de nuances diverses et variées, du doré au noir, en passant par 20 tonalités différentes de rose. J’opte pour le bordeaux. Plus sobre.

Je m’installe confortablement dans mon fauteuil quand l’esthéticienne me pose une question dont je ne comprends pas immédiatement le sens : « round or square ? » J’aurai probablement l’air débile, mais elle a dû me répéter 3 fois la question avant que je ne finisse par capter ce qu’elle voulait me dire. Je me décide pour « round ».

Pendant que l’esthéticienne coréenne s’acharne sur mes cuticules, je regarde autour de moi, curieuse d’en savoir plus sur mes voisines. A ma gauche, il y en a une, sur la quarantaine, blonde et au brushing impeccable, qui grâce à l’oreillette de son portable, parle depuis 20 minutes au téléphone. Elle est visiblement en réunion. A ma droite, il y en a une autre qui, épuisée par sa virée shopping, se fait agréablement masser les pieds. Au fond, deux copines, qui sont en train d’échanger les derniers potins.

Dernière étape : le passage en vitrine. Doigts des mains écartés et vernis tout frais, je sèche en vitrine pendant une bonne quinzaine de minutes. Cerise sur le gâteau, j’ai même droit à un petit massage de mes épaules. De quoi savourer mon « street watching » !

Après une débauche de limes, de coupe-cuticules, de crème pour les mains, j’ai finalement les ongles d’une vraie new-yorkaise ! Apogée, avant de rentrer en France, je suis passée chez Duane and Reade acheter mon kit de manucure… Essential !

Laisser un commentaire